Pages

lundi 10 novembre 2014

MIEUX QUE LA MEUTE - TRAVAILLER EN TRIBU POUR MOBILISER L'INTELLIGENCE COLLECTIVE.

VERS L'ORGANISATION ÉTENDUE ET OUVERTE

inconnu (1)Comme lors de la formation de meutes nous appartenons tous, même de nos jours, à des entités tribales u sein de nos organisations. Les conflits sociaux secouant notre planète nous apportent un éclairage sur ses tribus, petites ou grandes, locales, régionales, internationales, économiques ou politiques.
- Comment la mutation culturelle transforme nos codes et usages au sein des meutes et tribus ?
- Comment Inventer une nouvelle façon d'animer une tribu avec l'intelligence collective ?
- Comment l’intelligence collective et collaborative impacte les codes sociaux de la tribu ?
- La tribu serait-elle un processus affectif très performant et rassurant.
- Par quelles procédures tisse-t-elle les liens entre ses idéologies et ses psychologies ?
- Comment favorisent-elles un contexte de performance et se représentent-elles leur appartenance et leurs comportements au sein de la tribu ?
- Comment créer un imaginaire collectif pour performer dans le réel ?
- Quelles superstructures viennent chapeauter la raison d’être et les modes de fonctionnement de la tribu ?
L'être humain est avant tout un animal social et collectif. Formée en meute pour des raisons de survie, l’espèce humaine s’est organisée autour de la tribu. Nos organisations actuelles sont donc composées de meutes, de tribus et de systèmes organisés.

Vers une tribu Post-moderne.

MEUTES, TRIBUS, ORGANISATIONS SONT DES FORMATIONS COEXISTANTES ET COMPLÉMENTAIRES AU SEIN DE NOS SYSTEMES ORGANISATIONNELLES.
Transformer nos cultures vers plus d'intelligence collective et collaboratives tout en nous adaptant aux mutations technologiques nous amènent à reconsidérer les codes sociaux qui régissent nos formations organisationnelles. Notre dernier article sur "Travailler et chasser en meute" apporte un éclairage sur les principes supérieurs et fondateurs régissant nos nouveaux codes sociaux.  "Travailler en tribu" apporte quant à lui, la consolidation ses nouveaux codes sociaux sur le plan affectif et relationnel afin de booster la mobilisation de l’intelligence collective comme principe directeur.

Qu'est-ce qu'une tribu ? 

La plupart des comportements de la tribu sont dictées par les codes  sociaux auxquelles il se dit appartenir. Contrairement à la meute avec son approche plutôt sensorielle, intuitive et instinctive, la tribu base ses échanges sur l'affection sociale. La tribu consiste en une formation sociale existant avant la formation des sociétés organisées sur la base des liens d'amitiés. L'accélération des inventions nous amène à reconsidérer le fonctionnement de nos tribus au sein de nos organisations sur le plan social pour accroître leur efficacité.
La tribu désigne l'appartenance comme le fondement de groupes sociaux qu’aujourd’hui nous appelons clan. Elle est composée d’individus de toutes les générations dont l'idéologie sociale est basée sur la solidarité, l'entraide et la coopération.
Imaginer une tribu sans chef n’est pas chose aisée pourtant les processus de l’intelligence collective y invitent. L’approche stigmergique révèle ce processus dynamique d'autogestion en réseau. L’intelligence collective et collaborative devient le principe directeur du groupe.
La tribu humaine se nourrit des affects, de la mémoire et de l’imaginaire de ses membres, et l'intelligence collective apporte de nouveaux affects, règles et symboles. Cette forme de régulation cristallise l’esprit de la tribu et lui permette de rester bien présent dans les consciences individuelles et collectives.

La tribu est identifiable à certaines caractéristiques:

- se définit entre le dehors et le dedans. (Appartenance)
- un ou plusieurs référents font office d’identité et d’appartenance : langue, culture, symboles, rites, mythes, règles, traditions, coutumes, habitudes, valeurs.
- les référents sont toujours et partout présent.
- se concentre sur le sacré (ici, l'intelligence collective et collaborative, règles de coopération et collaboratives, valeurs, etc..) autour duquel sa vie s’organise.
- le sacré constitue la limite à ne pas dépasser, sauf à se mettre en exclusion.
- se manifeste sur le terrain au travers une forme d’inclusion, et d’exclusion de l’étranger n'ayant pas incarnées des valeurs proches du groupe.
- n’a qu’une seule finalité la transformation culturelle, elle protège ses membres et ses valeurs incarnées  doivent être défendues au prix de n’importe quel sacrifice.
- se nourrit d’affects puissants (positif, joyeux, plaisir, fierté, sens de l’honneur, reconnaissance, réussite, gloire, appartenance, etc.).
- est un phénomène contagieux car l’existence d’une seule tribu incitera les communautés voisines (meutes) à adopter les mêmes comportements et les mêmes valeurs, ne serait-ce que pour pouvoir coopérer et collaborer.

Comment penser la tribu post moderne ?

Déterminer ses caractéristiques :
- qualifier le dehors et le dedans (valeurs incarnées).
- identifier son sacré (intelligence collective).
- relier son sacré à ses mythes, à ses symboles et à ses rites
- identifier ses autres composantes : culture, valeurs, comportements, ses forces de ses composantes.
- évaluer son degré de tension créative ou de pression saine pour son évolution.
- distinguer clairement entre les différents champs de connaissance et de comportement.

Travailler en meute et en tribu c’est quoi :

- c’est mettre l’intelligence collective comme ressource sociale naturelle.
- c’est mettre en synergie les modalités de fonctionnement des discussions au sein d’un groupe de personnes pour qu’elles soient plus stimulantes, opérantes et créatives.
- c’est favoriser le bien être du travail en commun dans un environnement sécuritaire.
Au fond travailler en tribu c’est faire en sorte que chacun donne le meilleur de lui-même et se sente faire partie intégrante du groupe. Mais aussi, que chacun ait conscience de faire partie d’un tout avec les autres membres, et d’avoir un rôle important à jouer dans le groupe.
Reconsidérer le fonctionnement de la tribu avec de nouveaux codes sociaux, c’est mettre la conduite du changement au profit d’un changement de culture organisationnelle ou communautaire, au profil d’une recherche de solutions de performance et d’efficacité, de partage collaboratif et de création de nouvelles connaissances.

Vers les outils d'une organisation étendue et ouverte (travail en meute et tribu):