Pages

dimanche 11 août 2013

L'intelligence collective agit comme une transe sociale.


L'émergence de l'intelligence collective agit par transe sociale.

L'intelligence collective surgit dès qu’il y a un groupe.
Avec l'intelligence collective, chacun demeure unique tout en appartenant au groupe.
L’intelligence collective produit immédiatement de la norme quand elle émerge.
L'intelligence collective c'est transformer les normes sociales et les codes sociaux.
L'intelligence collective est une construction mentale veille de millions d'années.
L'émergence de l'intelligence collective agit par transe sociale.
L'émergence de la conscience collective est une actualisation de l'inconscient collectif.
L'intelligence collective conscientisée permet aux écosystèmes, de ne pas rester dans une transe, dans laquelle tous les rôles sociaux seraient suspendus, les identités devenant instables, la fusion et la confusion devenant la règle.
La conscience collective est une prise de conscience de la réalité commune s’appuyant sur l’inconscient collectif.
L'intelligence collective c’est de permettre  une discussion sur le sens commun, la rendre disponible à la controverse et c’est faire une œuvre morale et éthique.

Bien que nous restons aveugles à la construction d’une grande partie de notre réalité consciente, le traitement neuronal de l’information en provenance de nos capteurs sensoriels nous reste invisible. L’intelligence collective reste pour la plupart du temps non accessible et non consciente aux consciences individuelles, même si elle induit un besoin fondamental de communion et doit être considérée comme un produit du social. Pour y accéder consciemment, il est besoin d’une volonté de neuf et de Co création commune et d'un état de conscience collectif modifié ou avancé. Cet état d’accueil aux changements passe par un état avancé de la conscience antérieure puis d'une prise de conscience commune sur la réalité de cet état en mouvement.

L'intelligence collective se construit à partir des croyances et valeurs acceptées communément par tous dans le corps social. Ces croyances et valeurs sont le résultat d’un long travail collectif de survie sur des milliers d’années et conditionnent fortement notre psyché collective totalement  par la culture et les traditions à un niveau inconscient. Bien souvent sous-jacente à toutes nos décisions, elle nous influence inconsciemment plus que de raison et nous interroge sur le déploiement de notre libre arbitre au sein d'une culture donnée.

Les humains sont disposés à adopter d’autres manières de penser, de sentir et d’agir qui leurs sont externes en provenance du champ social dans lequel ils baignent. Puis les contraignent à renégocier pour accepter un nouvel état de conscience collectif stable au travers de nouveaux codes sociaux ou croyances. La prise de conscience collective proviendrait de ce que le groupe perçoit la puissance du social et en même temps la totalité des normes exprimées et interprète cette puissance comme une manifestation qui transcende la tradition, cette psyché groupale non encore consciente.

Pour qu’une scène sociale soit pétillante, il faut que tout ou partie des normes soient sous-entendues, inconscientes et ne doivent pas faire l’objet d’une renégociation avant chaque démarche sociale. C’est parce que la norme est assimilée et inconsciente qu’elle s’apparente à un acte social et à un choix individuel. L’intelligence collective  installe le décor social et le jeu social dans lequel chacun nous voyage. De là, on devrait penser que ce dont la sagesse des foules s’émeut lors d’un rassemblement, c’est de sa faculté à produire un système symbolique et de normes non conscientes qui permettent à chacun de demeurer unique tout en appartenant au groupe. L'intelligence collective élabore consciemment ces ensembles de normes suivant certaines conditions éthiques du groupe. De son émergence à sa stabilisation et son intégration inconsciemment, elle est changeant, modelable, et son analyse sculpte des étapes et des formes élémentaires souvent symboliques de socialisation.

Prendre conscience de la manifestation de l'intelligence collective dépend d’une disposition de chacun à l’assimilation consciente ou inconsciente de normes, de règles, de codes, à leur mise en jeu consciente ou inconsciente dans l’action sociale. Le non conscient collectif serait alors l’ensemble des normes acceptées implicitement pour faire naître un décor social. Dans une telle perspective, nous pouvons considérer le moment du rassemblement et de mobilisation de l’intelligence collective comme celui de la création ou du renouvellement des normes. Tout se passe comme si ces dernières étaient naturellement induites par le rassemblement pour permettre au groupe de se maintenir, d’absorber sans assimiler, de rapprocher en chacun le conforme et le divergent.

C’est une fonction élémentaire de socialisation qui permet à chacun d’appréhender consciemment ou inconsciemment un ensemble de normes, de règles sociales  et de contraintes opératoires collectives fondent la cohésion d’un groupe, son unité et son identité  et sa mobilisation. Cette disposition de l’activation consciente de l’intelligence collective  permet à la fois l'acquisition du changement social, de sa compréhension  et de l’appropriation à l'intérieur d'une synthèse proprement individuelle. J’accueille et j’intègre le changement en moi par la pression sociale.

Au-delà de l’isolement individuel, l'intelligence collective regarde cette part inconsciente de la vie sociale au sens du rassemblement, du groupe, de la vie commune comme le terreau du changement. Une disposition collective à la réceptivité de la perception consciente des messages de l'inconscient collectif, est probablement la chose la plus cohésive et qui rapproche le plus les membres d'une communauté. En effet, l'essentiel des faits sociaux incorporent des manières de sentir, d’être ou d'agir qui rapprochent les individus. Souvent acquis par l'essence et la puissance du « NOUS ».

Cette puissance du collectif n’agit pas que sur l’esprit de groupe mais encore plus sur les organismes par le biais de l’inconscient collectif. Les humains se sont identifiés grâce aux symboles, et leur existence psychique en dépend maintenant. Ces symboles peuvent n’être qu’un mot, une formule mystérieuse. Élaborer un système symbolique serait une étape nécessaire pour maintenir la différence, la pluralité des individus dans le mouvement de communion émotionnelle et relationnelle. Les approches de mobilisation de l’intelligence collaborative  basées sur un système symbolique révèlent de leur efficacité. Un système symbolique serait ainsi en même temps la condition de potentialité et la fragmentation de toute communion et de tout rassemblement, le point d’équilibre entre intégration et normalisation. La norme permet d’établir la hiérarchie, les différents statuts, les frontières et ainsi de maintenir la multiplicité des êtres et genres humains. Elle permet aux individus de communier sans fusionner, en créant, dans un système symbolique, les éléments de la distinction (communauté, famille, individu, hiérarchie…). Elle est le point essentiel des relations intersubjectives.

Notre évolution hyper-individualiste nous fait prendre conscience de l'importance du changement collectif et de nos zones invisibles, de notre ignorance et notre aveuglement à son sujet et de notre besoin de rééquilibrage en adoptant de nouvelles règles sociales et collectives. L'intelligence collective consciente rejoint la thérapie sociale du corps social. Elle est capable de transformer radicalement la pensée collective et par conséquent nos organisations et d’atteindre le cœur du corps social.  Le rassemblement est ici pensé comme un moment de transe où s’exprime un besoin ou un désir de communion. L’intelligence collective pourrait être conçue comme ce qui, dans la communion, apporte les normes, les contraintes et les codes qui permettent de maintenir des différences et d’éviter que la communion ne devienne fusion.