Pages

mardi 14 mai 2013

Un projet de mobilisation de l’intelligence collective demande une équipe dédiée.

Face aux défis majeurs auxquelles elles sont confrontées, les organisations ont besoin d’inventer de nouvelles formes de leadership et de collaboration pour libérer le potentiel de tout un chacun. Des  modèles inédits et  innovants pour accompagner les transformations individuelles et organisationnelles du 21ème siècle sont en construction. Plus que jamais,  l’art de diriger à partir du futur en émergence devient la capacité des entreprises innovantes.  Les organisations restant aveugles à cette perception ne peuvent plus  se passer de l’intelligence collective créative et innovante.
 équipe dédiée
Depuis 10 ans, au travers d’une veille numérique, j’observe l'évolution du développement de l’intelligence collective  dans nos organisations et nos sociétés. Je constate depuis quelque temps, en lien avec la crise, un accroissement considérable du thesaurus français et anglais et l’éruption  nouveaux codes sociaux. Ce changement  annonce l’arrivée de grands bouleversements dont nous n’avons pas encore imaginé les conséquences. Cela concerne particulièrement  tout ce qui touche de près ou de loin au cerveau social et collectif, à l'esprit collectif, la cognition collective, la participation, la concertation,  la psyché groupale, la sagesse collective, la dynamique de groupes et  collaborative et ses outils de mobilisation de l’intelligence collective en présentiel ou en réseaux.

La crise aidant, le changement est tellement considérable qu’il nous impose une transformation type contrainte. Nous devons changer ou « mourir ». Ce n'est pas chose facile de trouver la meilleure voie de progrès dans cet apparent désordre. La résistance aux changements et les deuils apportent beaucoup d'instabilité et d'incompréhension mais également de l’imagination, de la créativité et de l’innovation. D'un côté notre désir de préserver nos acquis nous poussent à conserver nos habitudes et l'autre côté à transformer notre  monde pour mieux nous adapter, retrouver du sens et maintenir notre confort de vie. Tout ceci exprime une incertitude, apporte plus de complexité et rend la lecture de la réalité plus confuse.

Lentement, le changement s'installe durablement. Et nous nous apercevons qu’il n’est en aucun cas individuel mais bien collectif et collaboratif. De nouvelles approches holistiques émergent et génèrent leur preuve. Les unes davantage axées sur les fondamentaux du lien, de la relation à autrui et le développement personnel et  les autres, davantage sur les méthodes de structuration de l'information, de la connaissance et l’optimisation des processus.

La qualité du lien et la cohésion sociale deviennent un atout et le perfectionnement des process et la cohésion opérative un talent. Le constant est que l'une des cohésions ne peut se prévaloir de l'autre. L'une et l'autre sont liées au point que réussir la mobilisation de l'intelligence collective passe par un judicieux et harmonieux équilibre entre ces deux mouvements de cohésion.

Nous serions tentés d'instrumentaliser la cohésion opérative et par là, l'intelligence collective pour des raisons de performance. Cette voie  est un leurre car ce que demande aujourd’hui les individus c’est de retrouver le plaisir du bien faire et de la joie de participer à quelque chose de plus grand que soi dans le travail. Nous entrons dans une ère de l’apprentissage de soi, de nouveaux comportements et d'acquisition de nouvelles postures.

Prendre cette dimension en compte dans le management  et comprendre que le changement s'installe d'abord en soi est nouveau pour la classe dirigeante. La classe dirigeante ne fera pas abstraction d’un travail sur elle et c’est pour cette raison que l’éthique et la philosophie entrent dans les organisations pour donner plus de sens.  En prendre conscience le plus tôt possible facilitera considérablement la mutation des entreprises.

Nos besoins culturels vont changer. Chacun aspire à donner plus de sens à son action, à sortir de dépendances limitantes, à regarder en face ses propres zones aveugles dans un seul but : favoriser l’intelligence collective et donc la performance et le bien-être de tous.
Notre ouverture au monde est une des grandes révélations de cette révolution numérique. Plus rien ne peut se faire seul si nous souhaitons régler de grands sujets complexes. Chaque leader et manager du 21ème siècle appréhendera et intégrera cette évolution en lui et autour de lui pour réussir collectivement. Le pouvoir sera mieux réparti et la chaîne de commandement plus responsable collectivement.

Un  projet de mobilisation de l’intelligence collective demande une équipe dédiée dit  projet « sortie  du cadre ». C’est un projet complexe et innovant qui demande de coordonner de nombreux  acteurs du changement. Développer l’intelligence collective demande  fondamentalement de bien définir le projet et les méthodes d’organisation de sa mise en œuvre. Car ce projet à la particularité de se déployer avec un grand degré de liberté et une grande marge de manœuvre avec peu de connaissance sur le projet. Son ingénierie est une approche simultanée et non séquentielle, ce qui en fait un projet dont la définition doit être très approfondie avec des méthodes et de approches collectives.

IFIC Association 1901
Philippe CLEMENT
Tel +33 6 40 29 29 31
Site Association : www.institutific.com
Site personnel : www.ific-coaching.com
« Le monde que nous avons créé est le résultat de notre niveau de réflexion, mais les problèmes qu'il engendre ne sauraient être résolus à ce même niveau. » Albert Einstein